MYLENISTIC

Bienvenue sur le forum consacré a Mylène Farmer
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les citation de Mylene

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adri
ADMINISTRATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 45
Age : 28
Localisation : quelque part sur mylenistic ...
Date d'inscription : 16/05/2006

MessageSujet: Les citation de Mylene   Lun 31 Mar - 20:14

1.On peut parler métier, mais pour le reste, je suis à la lettre une vieille recette de star : je n'explique rien, vous devinez tout et j'entretiens le mystère. J'évite de me dévoiler totalement. Je préfère un demi-mot à une longue phrase
2
Je me méfie d'une certaine nature humaine. Plus que tout, je redoute la trahison. Mais la méfiance n'exclut pas le don de soi. Peut être m'a-t-on beaucoup trahie. Je ne sais pas. Ou plus
3
Je n'ai quasiment pas de souvenirs d'enfance, mais aujourd'hui, cette occultation n'est plus douloureuse. Je ne jette pas la pierre à mes parents, mais j'étais en manque affectif. On ne guérit pas les blessures de sa jeunesse, on peut seulement pardonner. Les émotions restent entières
4
Si l'espoir fait vivre, comme on dit, pour se rassurer, je sais qu'il n'y a pas d'espoir. Alors, et même s'il n'y a rien, les plus pessimistes se fabriquent quelque chose
5
Je ne passe pas une journée sans penser à la mort
6
Tout est important pour moi. Aussi bien l'apparence physique que le verbe. Maintenant, suis-je obsédée par ma ligne, par mon corps ? Absolument pas... Je ne fais du sport que quand je monte sur scène ! Ma couleur naturelle est chatain. C'était fade. Je suis devenur rousse quand j'ai commencé à chanter. J'ai d'ailleurs une peau de rousse. Il y a eu une erreur de la nature, j'aurais dû naître rousse
7
Je crois que je préfère même les fins tragiques. Si un jour on m'oublie, je crois que je disparaîtrai
8
Mon drame, c'est celui d'Hamlet, mais lui n'avait pas la chance d'enregistrer des disques
9
Je ne fais rien à la légère depuis mes débuts dans ce milieu. Je ne tiens surtout pas à être une passade, une nova, cette étoile qui brille toujours plus fort pour annoncer sa fin Etre désenchanté est pire qu'être perdu
10
Il ne faut pas faire de vivisection de l'artiste. Je n'ai pas à ouvrir mon ventre
11
L'univers de la folie ne cesse de me fasciner
12
Pour justifier son existence ici et pour pouvoir l'apprécier, on a envie d'imaginer que la vie ne s'arrête pas une fois que la mort apparaît
13
Je ne m'aime pas beaucoup... Je ressemble à une peinture inachevée. Il me manque quelque chose. Dans quelques années, j'aurais peur de vieillir... Je ne me supporte pas. Je me regarde peu, je ne vois jamais mes clips. C'est très douloureux
14
L'anamorphose : un grand angle. Pour moi, ce mot signifie a la fois une perception plus large du monde et un moyen de rassembler toutes ses impressions, toutes ses sensations, en une seule image
15
Les personnes méchantes, vindicatives, il y en a et j'en rencontre encore aujourd'hui. En général, j'essaie d'avoir la réaction contraire à ces instincts premiers. A savoir que je préfère répondre à l'arrogance par la gentillesse. C'est moins douloureux
16
J'aime qu'on me reconnaisse, j'aime l'idée d'avoir accompli ce petit bout de chemin... Mais c'est pesant. Quand j'ai besoin d'anonymat, je vais à l'étranger. Je pourrai vivre à New York, je m'y sens bien. Sans me soucier de savoir si je suis jolie ou si je marche droit, je peux y marcher dans la rue, entrer dans un café, des choses toutes bêtes
17
On ne s'improvise pas, je crois aux vertus du travail, de la persévérance et de la chance
18
Avant d'être connue, j'avais toujours l'impression que les gens parlaient de moi dans mon dos, qu'ils se moquaient. Et je prenais toutes les réflexions à mon compte, même lorsqu'elles ne m'étaient pas adressées. Aujourd'hui, je n'ai pas beaucoup changé et j'ai du mal à me promener dans la rue... Je vis comme une recluse. Parfois, j'ai le sentiment d'être enterrée vivante. Mais il y a des choses plus douloureuses dans la vie
19
Rencontrer les médias m'est toujours un exercice difficile. Et puis, la télévision est de plus en plus anecdotique et inintéressante. Je n'ai pas la prétention de me croire au-dessus de cela, mais si je vais à une émission, je veux y trouver mon intérêt
20
Le jour ou je déciderai de faire de la scène, de donner rendez vous aux gens qui m'aiment, il se passera forcément quelque chose d'important pour le public et pour moi (1998)
21
Ma première tournée a été la grande révélation de ma vie. Pour la première fois, j'ai eu confiance en moi. Et cette confiance, c'est le public qui me l'a donnée... L'examen de passage a été réussi
22
Une nuit qui n'agite rien, c'est une nuit pour rien !
23
J'aime certains excès comme j'aime la démesure. Je me méfie de la destruction et de l'irrespect de soi, mais revendique le droit à la frénésie
24
Je ne crois pas que le succès rende heureuse. Après mon premier Bercy, j'ai vécu au moins quatre mois de dépression, cette envie de ne plus bouger, cette incapacité à communiquer
25
Laurent est comme mon jumeau. Ses fantasmes sont les miens et vice-versa. Le danger dans cette relation ou nous sommes si semblables, c'est la destruction
26
Avoir une passion dans la vie, c'est un moteur qui est fondamental pour vivre
27
Il m'arrive d'avoir le feu dans les veines. De temps en temps, je suis le diable
28
Je vais ce soir emprunter quelques mots de Barbara et pour le public, je voudrais lui dire, que ma plus belle histoire d'amour, c'est vous.
29
La sérénité, je ne l'ai pas atteinte. J'ai encore trop de chaînons manquants et je crains que le doute soit mon éternel compagnon de route
30
L'idée que des personnes n'aiment pas ce que je fais, ne m'aiment pas, est tout a fait normale... et puis, dans le fond, tant mieux, il faut avoir des ennemis. Il faut soigne ses ennemis
31
Ma manière d'évoquer la joie n'est peut-être pas décodable. J'ai en moi de l'humour plus que de la joie
32
Je ne crois pas que le succès rende heureuse. Après mon premier Bercy, j'ai vécu au moins quatre mois de dépression, cette envie de ne plus bouger, cette incapacité à communiquer
33
Il m'est difficile de trouver le mot juste. Je ne suis pas portée sur les confessions. Je ne me livre pas, parce que je ne sais pas. Je ne peux pas parler de moi. C'est douloureux. On peut en mourir
34
Dans un paysage détruit, je vous toute la beauté du monde. Alors que quelqu'un d'autre dira qu'il la voit dans un arbre qui fleurit. Moi, définitivement, je prefere l'arbre calciné. Pourquoi ? Je ne sais pas
35
Je ne me sens bien que dans le froid... mon aversion pour la saison chaude s'est un peu estompée depuis que j'ai vécu en Californie
36
C'est avec l'écriture que j'ai ouvert les vannes à toutes mes émotions, mes troubles. C'était vital... Tout se fait et se défait inexorablement
37
J'ai toujours aimé l'idée d'exister dans le regard de l'autre
38
Je crois que je me sentirais mal dans toutes les époques. Mais, tout compte fait, c'est au XIXe siècle que j'aurais aimé vivre, ne me demandez pas pourquoi
39
Je pense que j'étais malade de mon enfance. Jusqu'a l'age de 10 ans, c'est le noir total dans mes souvenirs. Un gouffre. Je ne jette pas la pierre a mes parents mais j'étais en manque affectif
40
Qu'il s'agisse de lecture ou de peinture, je me dirige spontanément vers des oeuvres sombres. Cioran, Baudelaire, Julien Green, Edgar Allan Poe, Egon Schiele... J'y trouve un dialogue, une famille
41
Paris, c'était le noir. J'avais envie de voir la lumière. Je n'exclue pas l'idée que je suis partie pour me reconstruire
42
Le paradoxe, la dualité font partie font partie de mes journées. Il y a la personne extrêmement introvertie, discrète, qui affectionne le silence et l'absence. Puis il y a l'autre, qui aime La lumière et doit se battre pour cette lumière. C'est un combat dans toute sa puissance
43
Je ne fais pas ce métier pour provoquer, mais parfois certaines provocations sont synonymes de liberté
44
Je ne fais pas partie de celles que l'on aime mais de celles dont on se souvient
45
Je me méfie d'une certaine nature humaine. Plus que tout, je redoute la trahison. Mais la méfiance n'exclut pas le don de soi. Peut-être m'a-t-on beaucoup trahie. Je ne sais pas. Ou plus. Je n'ai aucun souvenir de mon enfance et mon adolescence et en train de s'effacer
46
Il n'est pas nécessaire d'avoir des raisons pour avoir peur
47
J'ai toujours été mon pire ennemi. Je fuis les miroirs. Le doute et mes névroses m'ont longtemps empechée d'affronter la vie
48
L'argent me donne une formidable liberté mais ce n'est pas une fin en soi
49
Je ne me suis jamais fait miroiter une carrière d'actrice et je continue a recevoir des scénarios
50
Je suis contre la censure... Tout ce qui est tiède m'ennuie... Je vais au bout de mes désirs
51
Quand j'étais petite, beaucoup de gens me prenaient pour un garçon et je dois avouer que j'aimais ça. Il y a toute une période de ma vie où j'aurais voulu être sans sexe
52
Il ne faut pas prendre tout ce que l'on raconte dans une chanson. Il y a des choses qu'on dit, qu'on fait à un certain moment de sa vie, pour une raison bien définie, mais qu'on serait incapable de refaire à une autre occasion
53
La sérénité, je ne l'ai pas atteinte. J'ai encore trop de chaînons manquants et je crains que le doute soit mon éternel compagnon de route
54
Ma manière d'évoquer la joie n'est peut-être pas décodable. J'ai en moi de l'humour plus que de la joie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les citation de Mylene
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DU NOUVEAUX , mylene farmer liste, BAISSE DES PRIX
» VENDS COLLECTION DE MYLENE FARMER MAGASIN DE VINYL ET CD
» vend tout les support mylene farmer
» [MAJ 03/04]LIQUIDATION COLLECTION MYLENE FARMER
» 2 nouvelles soirées spéciales MYLENE FARMER en Janvier 2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MYLENISTIC :: Mylène Farmer :: Elle...-
Sauter vers: